Menu

Sur le front…

 

Découvert derrière un collage lors de sa restauration, poème de René Apallec.

Sur le front, la peur choisit son camp, elle noie la vallée.
Sur mon front, elle s’amoncelle, ruisselle en goutte salée.
Sur le front, j’encaisse mal, les boyaux se sont retournés.
Sur mon front, un masque à gaz, peu inspiré… S’extirper,
De la tête, cette envie… dévaler sans se retourner.
Dans ma tête,  j’abandonne l’idée, la trachée resserrée.
Dans la tête, les regards camarades à jamais gravés
Dans ma tête, je m’égare, je chancelle, une balle s’est logée.

René Apallec